L'histoire

  

N'hésitez pas à mette le diaporama en pause pour améliorer sa lisibilité

 

 

L’histoire

 

1967

 

L’histoire commença quand la télévision diffusa des images dramatiques de la guerre du BIAFRA au NIGERIA.

C’était l’époque où Bernard KOUCHNER et ses French-Doctors appelaient à la création des premières O.N.G. : Ils étaient la main qui donne quand, dans le même temps naissait la FRANCAFRIQUE, la main qui prend.

Ce jour là, un adolescent devant son téléviseur fut bouleversé par la souffrance de toute un peuple et pensa que la seule cause en était la pauvreté.

Il fit vœu d’aider un jour l’Afrique.

 

------------------------------------

1980

 

Lorsqu’il eut trente ans, il se mit en tête d’agir.

Sur sa Côte de Granit, très touristique, il n’y avait alors aucun parc de loisirs. Il rassembla ses amis et leur proposa d’en construire un pour dégager les fonds nécessaires à une action de développement en Afrique.

 

------------------------------------

1983

 

Avec ses amis, il créa l’association MEEM :

     « le Monde des Enfants pour les Enfants du Monde ».

Durant trois ans, l’association multiplia brocantes et lavages de voitures pour gagner l’argent nécessaire à l’achat des terrains.

 

------------------------------------

1986

 

Trois ans plus tard, une première maison gauloise sortit de terre grâce aux chantiers internationaux de jeunes bénévoles.

A l’entrée du site, sur une tablette, une carte postale était vendue au prix de 10 francs sur laquelle le projet était présenté.

4000 cartes furent vendues et, conformément aux statuts de l’association, 60 %  des bénéfices furent versés à une action en Afrique par l’intermédiaire de l’O.N.G. « TERRE des HOMMES ».

Le village s’enrichit chaque année d’une nouvelle maison et de quelques aménagements annexes : escalier, pont, four à pain, étang etc.. Au début, un grand fût fut installé à la sortie dans lequel quelques visiteurs généreux déposaient une pièce. Quand la recette n’était pas pillée par un visiteur nocturne, elle restait insuffisante pour envisager de grands projets humanitaires.

 

------------------------------------

1990

 

La décision fut enfin prise de faire payer l’entrée. Cinq francs furent demandés par adulte et trois par enfant.

 

-----------------------------------

1991

 

L’association souhaita s’attacher un projet concret de développement et c’est auprès d’une congrégation religieuse d’enseignants qu’elle s’engagea au nord du TOGO.

 (voir : naissance d’une école en Afrique).

 

-----------------------------------

1996

 

Le 10ème anniversaire du village fut l’occasion d’une grande fête où bénévoles et visiteurs érigèrent ensemble un menhir de 14 tonnes.

Le village connut ce jour là une vitalité nouvelle. Les visiteurs n’étaient plus spectateurs mais acteurs. Des « Gaulympiades » furent organisées les week-ends suivants pour entretenir cette ambiance nouvelle. Des jeux furent fabriqués et les « Gaulympiades » furent très disputées. Ensuite, les jeux furent installés à demeure et les visiteurs les utilisèrent librement.  Les activités récréatives remplacèrent peu à peu les chantiers.

 

-----------------------------------

2001

 

Les mesures gouvernementales relatives à la protection des mineurs ne permettant plus l'accueil de jeunes bénévoles en camp d'été, l'animation du village fut dès lors assurée par les seuls salariés et quelques bénévoles majeurs. Des groupes de Scouts et Guides de France continuèrent cependant, tous les étés, de participer aux chantiers d’accueil, d’entretien et de construction.

 

------------------------------------

2007

 

Depuis 1992, (voir naissance d’une école en Afrique) les écoles MEEM-CARTO contribuèrent au développement culturel et économique de leur région d’implantation. A OGARO, au nord du TOGO, la création d’un grand marché en 2007 fut la preuve d’un dynamisme économique bien en marche.

 

------------------------------------

2008

 

A OGARO, ouverture d’un collège d’initiative locale. Les parents d’élèves des écoles MEEM-CARTO se cotisèrent et unirent leurs forces pour construire les premières classes et payer les premiers professeurs, sans aucune aide extérieure.

 

-----------------------------------

2010

 

Financement d’un bâtiment de quatre classes et bureau du directeur par l’association MEEM au collège d’OGARO. 

 

-----------------------------------

2011

 

Redéploiement de l’aide de l’association MEEM à OGARO.

 

Le financement des écoles sera, à partir de cette année 2011 stabilisé laissant aux acteurs locaux, parents d’élèves et Etat togolais le soin de poursuivre par leurs propres moyens le développement des écoles MEEM-CARTO. En 2011, l’association MEEM assure encore 80 % du financement de ces écoles.

 

Le collège est en pleine expansion appelle déjà de nouveaux investissements.

 

Un lycée est souhaité par tous les acteurs locaux dans les toutes prochaines années.

 

Des initiatives auxquelles l’association MEEM est très attachée.

 

-----------------------------------

2013

 

Construction d'un nouveau collège à Nayéga. (Village situé près d'Ogaro)

Ce collège est constitué d'un bâtiment de quatre classes et d'un bureau.

 

                                    -----------------------------------